AGENDA



jeudi 11 janvier 2018

À propos de la ligne 18 du Grand Paris Express

À tous ceux qui pensent qu’elle est devenue indispensable à la réussite du projet Paris-Saclay

La ligne 18 du Grand Paris Express, investissement lourd réclamé à grands cris par les élus et directeurs d’établissements, est présentée à la fois comme indispensable au désenclavement du plateau, et comme la condition du succès de l’opération Paris-Saclay. Pourtant, ce n’est pas l’avis de nombreux experts, ni celui des usagers et des populations, dont nous essayons ici de donner, de façon concise, quelques-uns des arguments (1).

Avant même la réalisation du cluster, les difficultés d'accès et de transports sur le plateau étaient déjà criantes. On comprend l'inquiétude des personnels des établissements déménagés, notamment de Paris centre et de la petite couronne, qui vont devoir (c'est certain dans tous les cas) subir des embouteillages dantesques, ou les dysfonctionnements du RER B, qui s’aggravent d’année en année. Pour autant, la ligne 18 du Grand Paris Express n'est pas la solution à ces problèmes : ni pour ces nouveaux arrivants, ni pour le reste du territoire.

Tout d'abord, même en prenant en compte tous les nouveaux établissements prévus, la capacité de ce métro sera surdimensionnée d'un facteur 3 (au moins). Nulle part au monde on ne trouve une telle infrastructure dans une zone de si faible densité. Sauf à urbaniser entièrement le plateau, la ligne 18 sera donc un gouffre financier, non seulement à la construction, mais aussi à l'exploitation.

Le cluster Paris-Saclay se répartit en bordure Sud de plateau, sur une bande de plus de 5 km de long et de moins de 800m de large, entre le quartier de Polytechnique à l’est, et le quartier de Moulon-Saint Aubin à l’ouest. La ligne 18, qui doit relier Orly-Massy à Saclay, puis à Versailles (et théoriquement à La Défense), disposera de seulement deux gares dans ce cluster, l’une à Polytechnique et l’autre à Orsay. Dans sa partie Massy-Orsay (ensuite elle bifurque en pleins champs, et ne dessert pas Saint Aubin), elle suivra un tracé Est-Ouest qui double, par endroits à 1km de distance, celui du RER B en contrebas.

Un RER B fiabilisé, rénové, et avec des rames à 2 niveaux + des téléphériques ou autres moyens de rabattement légers à partir des différentes stations (Lozère, Le Guichet, Bures) apporterait des solutions de desserte du plateau plus fines, plus complètes, et de haute capacité. Cette rénovation et cette augmentation de capacité sont de toute façon urgents pour l'ensemble du RER B, mais nécessitent des moyens financiers et techniques qu’il sera impossible de mobiliser dans un contexte de construction simultanée de la ligne 18.

On sait aussi déjà que la ligne 18 ne réduira pas la circulation routière. En effet, le tracé de la ligne 18 est perpendiculaire aux principaux flux de déplacement : quelque 80% des gens travaillant sur le plateau viennent des environs (notamment des vallées et du sud de l'Essonne) et n'auront aucune utilité de cette ligne au quotidien. Il en sera progressivement de même pour les nouveaux arrivants, qui vont chercher à se loger plus près de leur travail. Au final, on attend seulement 0.5% de report modal routier vers le métro.

Enfin, qu'il s'agisse de rénovation du RER B ou de construction de la ligne 18, ces solutions ne seront pas opérationnelles avant 2024. L'urgence pour les nouveaux arrivants comme pour la population déjà sur place, est donc aujourd'hui la mise en place d'un réseau de bus ou de navettes fonctionnel (fréquences, accessibilité, information...). On se demande pourquoi un tel réseau n'est toujours pas organisé (2), et comment il se fait que des solutions de transport vallée-plateau n’ont été que très récemment mises à l’étude, alors qu’elles ne demandent que des investissements modestes, et qu’elles seraient très efficaces pour fluidifier le trafic de desserte locale.

Si la ligne 18 est réclamée avec autant de frénésie par nos élus, outre les perspectives de nouvelles conversions foncières qu'elle va ouvrir, c'est donc surtout parce que son affichage constitue, une fois encore, un élément de prétendue «attractivité» du territoire: leurs lettres récentes au Président de la République et au Premier Ministre sont emblématiques de ce raisonnement (3). Il s’agit d’abord, pour attirer de nouvelles implantations, de garantir à une minorité de cadres et de décideurs l’accessibilité d’aéroports ou de grands centres d’affaires, et ceci à n’importe quel prix.

Le but est donc effectivement, non pas d’améliorer les conditions de vie et de travail des habitants et du personnel, mais d'amener encore plus d'entreprises, d'établissements et d'habitants sur ce malheureux plateau, alors que nous avons juste en face, aux Ulis-Courtaboeuf, une grande zone d'habitat et d'activités qui végète... faute de transports adéquats, et qui pourrait très bien elle aussi être desservie par RER B + téléphérique.

Pour résumer, l’option de ce nouveau métro, inconsidérément promis au personnel et aux acteurs économiques, n’a pas été prise après une étude sérieuse des besoins, et suivant des choix raisonnés d’aménagement du territoire dans la perspective de l'inexorable transition énergétique, mais sur la base d’un modèle dépassé de développement économique. La Communauté d’agglomération Paris-Saclay a d’ailleurs d’annoncé, dans son Contrat de Développement Territorial, une étude globale de la desserte en transports collectifs du plateau de Saclay à différents horizons temporels (4) : de toute évidence, il aurait fallu commencer par là ! Il nous semble urgent d'attendre les résultats de cette étude – à condition qu'elle soit menée sans parti pris par un organisme indépendant – au lieu de se lancer dans une opération ruineuse qui compromettrait irréversiblement l'avenir du territoire.

Urgence Saclay le 09/01/2018

Notes :

(1) On trouvera sur le site des Assises de la Mobilité du plateau de Saclay qui se sont tenues le 18 novembre 2017 à Centrale-Supélec diverses interventions d’experts qui étayent notre argumentaire : http://assises-mobi-saclay.fr/presentations

(2) Des améliorations de la desserte à partir de Massy ont été très récemment annoncées : http://www.epaps.fr/desserte-du-plateau-de-saclay-renforcement-du-rer-b-et-de-la-ligne-91-06c/

(3) Par exemple, courrier de députés et sénateurs à Emmanuel Macron du 20 Novembre 2017 : http://s396981838.onlinehome.fr/Courrier-a-E-Macron-ligne-18.pdf

(4) Action 17 du volet Transports, page 126 du CDT «Paris-Saclay territoire Sud» : http://www.paris-saclay.com/fileadmin/documents/CDT/CDT_Territoire_Sud-VF-3e-partie.pdf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire