AGENDA



dimanche 16 juin 2013

POUR UNE ECOLOGIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

Texte fondateur de l’association Citoyens Écologistes et Solidaires

L'écologie est une voie difficile, une voie qui ne sera jamais facile. Difficile car elle oblige à agir sur deux espaces temps : le présent et le futur. A l'heure où tous les autres groupes humains gèrent le présent plus ou moins bien et sans obligatoirement penser aux conséquences de leurs décisions, l'écologie nous ordonne de réfléchir à comment permettre aux générations présentes de vivre bien sans hypothéquer la survie des générations futures. Difficile car nous aurons toujours le mauvais rôle. Ainsi si nous lançons les alertes, nos concitoyens nous perçoivent comme des oiseaux de mauvais augure et, si par bonheur, la société prend en compte ces alertes et évite ainsi le naufrage, ces mêmes concitoyens nous dirons qu'il ne servait à rien de s'affoler puisqu'il ne s'est rien passé. Telle est l'écologie, une voie ingrate et difficile.

Mais l'écologiste n'est pas seul il est colibri parmi un nombre incalculable de colibris car l'écologie est multiforme, elle est politique, citoyenne et associative. L'écologie se nourrit de tous, les uns ne pouvant aller sans les autres. Les uns alertant, les autres travaillant à la traduction légale de ces alertes.

L'écologie est une voie difficile mais vitale. Vitale car il nous faut regarder le dragon dans les yeux et affronter des défis inédit pour notre espèce.

Changements climatiques, crise métallique, crise énergétique, pollutions des eaux, des sols et de l'air, perte de biodiversité, agriculture polluante, expansion urbaine, destruction des sols, surpopulation, tels sont les défis que notre monde dénaturé va devoir affronter, que notre humanité va devoir accepter pour s'adapter ou disparaitre. 

Aujourd'hui nous sommes à la croisé des chemins, soit nous anticipons soit nous disparaissons.

Seuls les écologistes sont capables de relever le chalenge d'une poursuite de l'aventure humaine dans un monde où tout ce que nous connaissons aujourd'hui et que nous prenons, naïvement, pour éternel ne sera plus à très court terme. Tout est impermanent même notre civilisation technologique.

L'humanité est menacée par elle même et ses excès. L'ile de France en générale et les Ulis en particulier ne sont pas sur une autre planète ainsi, ce qui se prépare globalement aura des répercutions locales. Les plus pauvres, comme toujours seront les premier impacté par ces bouleversements; Comment aller au travail ? Comment conserver sa nourriture ? Comment se chauffer ? Sont trois questions qui se poseront rapidement à ceux qui ne pourront supporter un pétrole à 400 $ le baril. Nous ne pouvons, à nous seul, sauver le monde mais nous pouvons être conscients des enjeux mondiaux et agir localement, c'est ce que nous proposons aux citoyens Ecologistes et Solidaires. Nous proposons de nous placer dans une action locale d'une vision globale. Nous proposons une vision résolument humaniste de l'écologie, une écologie au service d'un développement durable, pacifique et harmonieux d'une humanité aussi belle qu'absurde.

Alors il est vrai que cette vision humaniste de l'écologie bousculera nombre de nos amis mais notre priorité passera par l'humain qui ne peut être dissocié des équilibres naturels. Notre vision humaniste entrera résolument en conflit avec le capitalisme, le libéralisme, l'individualisme et les captations des richesses en cela nous nous situerons résolument notre association aux cotés de la Gauche.

Dans ce sens nous ne nous interdirons pas de moyens d’actions, qu’ils soient politiques, éducatif, électroniques, festifs … mais nous orienterons toujours nos choix en fonctions de nos idéaux d'écologistes sociaux et solidaires, car nous pensons que nous sommes les seuls à être réalistes. Nous n'aurons pas d'idées préconçues sur les partenariats ponctuels ou à plus long terme, que nous pourrions faire avec nos camarades de cette Gauche que nous pensons éternelle, révolutionnaires et insoumise.

Il est sûr que nous ne savons pas tout, la science infuse ne pourras pas être incarnée chez nous, l'omniscience n'est pas écologique. Individuellement nous ne pouvons parler de tout, en revanche collectivement rien ne peut nous arrêter. Nous nous nourrissons de l'ensemble des énergies, de l’ensemble des idées, de l'ensemble des volontés. Nulle action, si elle est tournée vers l'Homme en équilibre avec son seul vaisseau spatial, ne peut être rejetée d'avance et toutes sont, à priori légitime. Ainsi nous voyons le groupe que nous représenterons tous, comme une richesse qui ne peut s'exprimer et s'épanouir que dans le dialogue, l'écoute et la démocratie. C'est pourquoi, toutes les personnes, militantes ou simples adhérentes de « citoyens Ecologiste et Solidaire », affirment avec force qu'elles ont toutes leurs limites de temps, d'intellects, de courage, de convictions etc ... et ne peuvent donc rien les unes sans les autres. C'est pourquoi nous proposons une démarche volontairement démocratique où les adhérents seraient au centre des décisions, où les éventuels élus, relais des décisions prisent en réunions que nous voulons mensuelles, seraient respectés car leur actions est difficile dans un monde politique où, pour toujours être influant, il faut savoir transiger et négocier. C'est pourquoi nous proposons que notre association prenne le chemin du militantisme de terrain, de l'action et de la contestation sans complexe. Nous proposons que notre mouvement reprenne à son compte les mots de Che Guevara "soyons réaliste, demandons l'impossible !".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire